Informations

Fabricants

Nouveau Démasqués Agrandir l'image

Démasqués

18,96 €

    Infiltré au cœur du programme antifa de destruction de la démocratie

    Andy Ngo

    En 2020, dans le sillage de la mort de Georges Floyd, de violentes émeutes éclatent dans les grandes villes américaines. Aux manettes : le mouvement antifa. Visages masqués, entièrement vêtus de noir, les émeutiers mettent les villes à sac, laissant derrière eux un champ de ruines. Par-delà les dégâts matériels, leur violence fera aussi des morts.

    À Seattle, les militants antifas annexent le quartier de Capitole Hill, aussitôt proclamé « zone autonome libertaire » et soumis à une organisation raciale, Noirs et Blancs séparés. La zone est interdite à la police, cernée de barrages et de checkpoints. N’y sont admis que les sympathisants du mouvement. La population, prise en otage, subira des jours durant les effets concrets de leur idéologie. Là encore, les destructions sont massives. Là encore, il y a des morts.

    Andy Ngo, journaliste américain spécialiste de cette mouvance d’extrême gauche, a infiltré la zone autonome de Capitole Hill. Ses conclusions sont sans appel : la violence des « antifascistes », loin d’être spontanée, est au service d’un agenda politique.

    Comment ce mouvement, créé en 1932 par le Parti communiste allemand, s’est-il implanté aux États-Unis, où il bénéficie de la sympathie des médias et de figures politiques issues des rangs démocrates ? Est-il si spontané qu'il le prétend ? Le journaliste, lui-même agressé physiquement et harcelé au point d'avoir dû quitter les États-Unis, décrit au contraire une organisation méthodique et totalitaire : profilage et surveillance des recrues, endoctrinement, formation à la violence physique et à la technique des « black blocks », lynchage et intimidation de ceux qui n'adhèrent pas à leur idéologie. Leur objectif : mettre à bas l’État-nation, la police et la propriété. En un mot, instaurer le droit du plus fort.

    317 p.