Informations

Fabricants

Ernst Röhm: nervi, dauphin, rival Agrandir l'image

Ernst Röhm: nervi, dauphin, rival

22,27 €

    Eleanor Hancock

    La plupart des hauts dignitaires nazis sont immensément célèbres – que l’on songe à Goebbels, responsable de la propagande du Reich, à Goering, chef de la Luftwaffe, ou encore à Himmler, maître absolu de la SS. Au sein de ce triste panthéon, Ernst Röhm fait figure d’illustre inconnu. Pourquoi cet homme, pourtant chef de la section d’assaut paramilitaire nationale-socialiste – la Sturmabteilung (SA) – du début de l’année 1931 à la fin du mois de juin 1934, est-il tombé dans l’oubli ? Soutien de la première heure de Hitler et du NSDAP, Röhm est quelqu’un d’important : dès le début des années 1920, il est l’ami du Führer (il est alors le seul cadre nazi à le tutoyer) et, en novembre 1923, il participe à la tentative de prise du pouvoir à Munich – le fameux « putsch de la Brasserie ». Mais si Röhm est le premier soutien du régime, il en est aussi la première victime. Et pour cause, cet homme dérange : son homosexualité notoire gêne dans un parti profondément homophobe, et son ambition crée bien vite des rivalités dans le cercle rapproché des intimes du Führer. Le chef des SA est donc une cible de choix en 1934 lors de la terrible « nuit des Longs Couteaux ».  Mais qui était véritablement Ernst Röhm et, surtout, quelles ont été les véritables raisons de son assassinat ? Était-il trop ambitieux, comme on l’a longtemps prétendu, ou bien a-t-il été la victime collatérale d’un dessein plus grand ? Par-delà la politique, ses préférences sexuelles étaient-elles réellement les principales causes de ce meurtre ? S’appuyant sur des sources inédites et de première main (notamment des documents privés fournis par le neveu de Röhm lui-même), cette brillante biographie appelée à faire date fait enfin la lumière sur un personnage clé de l’ascension d’Hitler.

    416 p.