Informations

Fabricants

Nouveau Traitement spécial à Auschwitz Agrandir l'image

Traitement spécial à Auschwitz

18,96 €

    Origine et signification d’une expression

    Carlo Mattogno

    S’il est incontestable que, dans nombre de documents du Troisième Reich, l’expression « traitement spécial » est synonyme d’exécution ou de liquidation, cela ne signifie pas qu’elle ait toujours et exclusivement eu ce sens. On dispose de documents dans lesquels le « traitement spécial » n’équivalait pas du tout à un assassinat, et d’autres encore où il désignait un « traitement de faveur ». Le « traitement spécial » des prisonniers de marque des états hostiles au Troisième Reich qui jouissaient d’un traitement princier dans des hôtels de luxe est par exemple bien connu.

    Par ailleurs, il y a abondance de documents importants dans lesquels l’expression « traitement spécial » (ainsi que d’autres prétendus « termes codés » comme « mesures spéciales », « opération spéciale » ou « unité spéciale ») couvre toute une palette de significations variées, mais qui correspondent à des aspects parfaitement ordinaires de la vie au camp d’Auschwitz et ne renvoient jamais à l’assassinat d’êtres humains. La plupart de ces documents ne sont pas connus des chercheurs, et, quand ils le sont, la signification de leur contenu a été et est toujours gauchie par les représentants de l’historiographie exterminationniste.

    Dans la présente étude, ces documents sont mis à la disposition du lecteur, analysés dans leur contexte historique et des recoupements sont effectués. Par ce moyen, le révisionniste italien Carlo Mattogno montre ce que les documents disent vraiment et non ce que révèlent le « déchiffrage » et l’interprétation mécanique de supposés « termes codés ». En réalité, le « traitement spécial » n’était aucunement un « mot de code » cachant l’indicible, mais plutôt un concept bureaucratique qui, en fonction du contexte, désignait des choses entièrement différentes, de la liquidation au traitement de faveur. Cette réalité contredit l’interprétation prônée par l’historiographie exterminationniste, à savoir que le « traitement spécial » aurait toujours et sans réserve aucune été synonyme d’assassinat.

    232 p.