Informations

Fabricants

L'Affaire Richard Millet Agrandir l'image

L'Affaire Richard Millet

18,96 €

    Critique de la bien-pensance

    Muriel de Rengervé


    À peine quelques jours après la parution par l’écrivain Richard Millet du court texte Éloge littéraire d’Anders Breivik, le 24 août 2012, un emballement médiatique s’est déclenché. Tout ce que Paris compte d’intellectuels, d’écrivains, grands et petits, de penseurs, de critiques littéraires, de censeurs autoproclamés, s’est mobilisé pour organiser la mise à mort sociale, littéraire, intellectuelle, de Richard Millet. Qui a vraiment lu le texte de Millet ? Très rares ont été ceux qui ont accepté de débattre avec lui. Le Clézio, Annie Ernaux, à l’origine d’une pétition, Bernard-Henri Lévy, et d’autres participent à la curée. Ils auront gain de cause : le 13 septembre 2012, Richard Millet doit démissionner du comité de lecture de Gallimard, tout en continuant son travail d’éditeur. Les pressions médiatiques et les réactions individuelles l’ont emporté. Dans la France du début du XXIe siècle, le débat d’idées serait-il devenu impossible ? L’autre, celui qui professe une opinion différente, est refusé, rejeté, mis au ban, considéré comme un menteur et, insulte devenue courante, comme un fasciste. Une chape de plomb semble s’être abattue sur la vie intellectuelle et littéraire, où toute idée dissonante, tout propos dérangeant est immédiatement disqualifié. Le moralisme et l’antiracisme, nouveaux dogmes imposés à toute la société, se sont mués en maccarthysme. La France est-elle entrée dans l’ère du terrorisme intellectuel ?

    268 p.

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...