Informations

Fabricants

Joyeux, fais ton fourbi Agrandir l'image

Joyeux, fais ton fourbi

22,75 €

    Julien Blanc

    Joyeux, c’est le surnom donné aux damnés qu’on laisse pourrir dans les bataillons disciplinaires d’Afrique. Joyeux, quelle ironie... Julien Blanc revient sur l’épisode le plus tragique de sa jeunesse : les années passées dans ces fameux Bat’ d’Af’, réservés aux fortes têtes et aux délinquants. Julien Blanc est un écrivain d’une rare honnêteté, qui raconte cette expérience terrible sans misérabilisme, sans pathos et surtout sans fausse pudeur. Il raconte tout : les brimades dont il dénonce l’absurdité, les bizutages, la misère morale et sexuelle de ces hommes, qui les pousse vers une homosexualité souvent subie. Il se souvient de la mesquinerie et de la bassesse de certains gradés, ne valant parfois pas mieux que ceux qu’ils gardent, dans ce lieu où la loi du plus fort prime toujours. C’est un terrible réquisitoire contre la bêtise humaine. Dans un univers concentrationnaire, Julien Blanc le sait mieux que quiconque, celui qui est traité comme une bête se conduira comme une bête. Rien n’a changé depuis le Biribi de Georges Darien. Mais Blanc n’est jamais dans la démonstration, il ne fait pas oeuvre sociale ni politique. Il est acteur et témoin, aussi intransigeant envers lui-même qu’envers les autres. S’il dénonce, c’est par l’exemple, cherchant toujours à être au plus prêt de ce que sont les hommes ; il guette la plus petite parcelle d’humanité, même chez les pires de ses congénères. Et il sait garder espoir, cet espoir qu’il va chercher dans l’estime compréhensive d’un médecin militaire, dans son amour des livres, ou auprès d’amitiés indéfectibles...

    300 p.

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...